Introduction papier scientifique

L’introduction d’un papier scientifique est très important car cela permet aux lecteurs de comprendre le sujet, le contexte et l’importance des travaux du papier. L’introduction d’un papier scientifique est un élément essentiel à la bonne compréhension du reste du papier bien que l’introduction ne comprend pas d’éléments scientifiques.

introduction d'un papier scientifique

Cela peut sembler évident, mais les introductions sont toujours placées au début d’un article. Ils guident votre lecteur d’un domaine général vers le sujet étroit couvert par votre article. Ils expliquent également votre article :

  • Portée : le sujet que vous allez couvrir
  • Contexte : l’arrière-plan de votre sujet
  • Importance : pourquoi votre recherche est importante dans le contexte

Votre introduction couvrira beaucoup de terrain. Cependant, il ne fera qu’une demi-page à quelques pages. La longueur dépend de la taille de votre papier dans son ensemble. Dans de nombreux cas, l’introduction sera plus courte que toutes les autres sections de votre document.

L’introduction de votre document de recherche n’est pas seulement importante. C’est critique.

Vos lecteurs ne savent pas de quoi parle votre document de recherche à partir du titre. C’est là que votre introduction entre en jeu. Une bonne introduction :

  • Aidez votre lecteur à comprendre le contexte de votre sujet
  • Expliquez pourquoi votre document de recherche vaut la peine d’être lu
  • Offrir un guide pour naviguer dans le reste de la pièce
  • Suscitez l’intérêt de votre lecteur

Sans une introduction claire, vos lecteurs auront du mal. Ils peuvent se sentir confus lorsqu’ils commencent à lire votre article. Ils pourraient même abandonner complètement. Votre introduction les ancrera et les préparera aux recherches approfondies à venir.

Structure de l’introduction

Les présentations d’articles de recherche sont toujours uniques. Après tout, la recherche est originale par définition. Cependant, ils contiennent souvent six éléments essentiels. Chaque éléments sera écrites en quelques paragraphes distinctes. Chaque paragraphe contient l’idée principale, puis son développement.

Un aperçu du sujet, le contexte scientifique. Commencez par un aperçu général de votre sujet. Réduisez la vue d’ensemble jusqu’à ce que vous abordiez le sujet spécifique de votre article. Ensuite, mentionnez les questions ou les préoccupations que vous aviez au sujet de l’affaire. Notez que vous les aborderez dans la publication. Souvent, le contexte socio-économico-technique est aussi mentionné surtout dans les recherches appliquées.

Recherches antérieures. Votre introduction est l’endroit où passer en revue d’autres conclusions sur votre sujet. Inclure à la fois les universitaires plus âgés et les universitaires modernes. Ces informations de base montrent que vous êtes au courant des recherches antérieures. Il présente également les découvertes passées à ceux qui pourraient ne pas avoir cette expertise.

Une justification de votre article. Expliquez pourquoi votre sujet doit être traité maintenant. Le cas échéant, connectez-le aux problèmes actuels. De plus, vous pouvez montrer un problème avec d’anciennes théories ou révéler une lacune dans la recherche actuelle. Peu importe comment vous le faites, une bonne justification intéressera vos lecteurs et démontrera pourquoi ils doivent lire le reste de votre article.

Décrivez la méthodologie que vous avez utilisée. Racontez vos processus pour rendre votre article plus crédible. Exposez votre objectif et les questions auxquelles vous allez répondre. Révélez comment vous avez mené des recherches et décrivez comment vous avez mesuré les résultats. De plus, expliquez pourquoi vous avez fait des choix clés.

Un énoncé de thèse. Votre introduction principale doit se terminer par un énoncé de thèse. Cette déclaration résume les idées qui parcourront l’ensemble de votre article de recherche. Il doit être simple et clair.

Le plan du papier. Les introductions se terminent souvent par un aperçu. Votre mise en page devrait rapidement passer en revue ce que vous avez l’intention de couvrir dans les sections suivantes. Considérez-le comme une feuille de route, guidant votre lecteur jusqu’à la fin de votre article. Mettons ce paragraphe à part.

Ces cinq items sont plus ou moins mis en avant selon votre domaine.

TL;DR

Paragraphe d’introduction:

  • Donner une introduction générale au sujet pour un large public
  • Concentrez-vous sur votre sujet particulier
  • Énoncez votre problème de recherche et vos objectifs

Revue de littérature (généralement plusieurs paragraphes) :

  • Résumez la littérature pertinente sur votre sujet
  • Décrire l’état actuel de l’art
  • Notez toute lacune dans la littérature que votre étude comblera

Objectifs de recherche (généralement un paragraphe) :

  • Énoncez votre hypothèse ou votre question de recherche
  • Décrivez brièvement comment vous allez atteindre vos objectifs
  • Donnez un aperçu de vos principaux résultats et indiquez la contribution du travail (facultatif)

Présentation du papier (facultatif ; un paragraphe) :

  • Donner un aperçu section par section du contenu du document

Quelques conseils d’écriture

Nous ne voulons pas seulement que vous appreniez à rédiger une introduction pour un document de recherche. Nous voulons que vous appreniez à le faire briller.

Il y a trois choses que vous pouvez faire pour faciliter la rédaction d’une excellente introduction.

Rédigez votre introduction en dernier. Une introduction résume tout ce que vous avez appris de vos recherches. Bien qu’il puisse être agréable de rédiger votre préface rapidement, vous devez d’abord écrire le reste de votre article. Ensuite, il vous sera facile de créer une vue d’ensemble claire.

Incluez une citation ou une histoire forte dès le départ. Vous voulez que votre papier soit plein de substance. Mais cela ne signifie pas que cela devrait sembler ennuyeux ou plat. Ajoutez une citation pertinente ou une anecdote surprenante au début de votre introduction. Cette technique piquera l’intérêt de votre lecteur et le laissera en redemander.

Soyez concis. Les articles de recherche couvrent des sujets complexes. Pour aider vos lecteurs, essayez d’écrire aussi clairement que possible. Utilisez des phrases concises. Vérifiez la grammaire ou la syntaxe confuse. Lisez votre introduction à haute voix pour saisir les phrases embarrassantes. Avant de terminer votre article, assurez-vous également de le relire. Les erreurs peuvent sembler non professionnelles.

Première étape, le contexte

Le(s) premier(s) paragraphe(s) de l’introduction vise(nt) à introduire votre sujet de recherche. Votre sujet de recherche est le personnage principal de votre histoire. Tout comme une bonne histoire nécessite un héros convaincant, un bon article scientifique repose sur un sujet de recherche intéressant. Par conséquent, vos premiers paragraphes d’introduction doivent convaincre vos lecteurs de l’importance de votre sujet. Prenons un exemple !

Imaginez que vous avez mené une étude pour tester l’efficacité d’un nouveau traitement pour guérir une maladie appelée Dragon Pox – Dragon Pox est une maladie imaginaire qui affecte les sorciers et les sorcières, comme la varicelle (voir la série Harry Potter). Lors de la rédaction de l’article décrivant vos recherches sur cette maladie, vous pourriez commencer votre introduction en insistant sur la prépondérance de la Dragon Pox.

« La variole du dragon est l’une des maladies infectieuses les plus problématiques aujourd’hui. C’est la maladie la plus courante chez les enfants de moins de 12 ans et environ 2 personnes sur 5 la contractent au cours de leur vie. La variole du dragon provoque des éruptions cutanées vertes et violettes et des étincelles qui sortent des narines lorsque le patient éternue. 

Ces symptômes peuvent s’aggraver, entraînant des complications graves (pneumonie, encéphalite, etc.) et des séquelles importantes (insuffisance respiratoire, peau marbrée). De plus, dans 8,4 % des cas, l’infection entraîne le décès du patient. En 2021, les conséquences mortelles et la forte prévalence de la variole du dragon ont incité la Wizzard Health Organization (WHO) à la déclarer comme le problème de santé publique prioritaire de la prochaine décennie. »

Après avoir lu ces quelques phrases, votre lecteur sait que l’article parle de Dragon Pox, que c’est un sujet important.

Votre introduction doit commencer aussi largement que possible pour plaire à un large public. Cela étant dit, l’étendue de votre introduction devrait également dépendre de votre lectorat. Si votre article s’adresse à des spécialistes, le fait d’être trop général risque de les ennuyer et de les désintéresser de vos recherches. Ainsi, lors de la rédaction du ou des premiers paragraphes de votre introduction, il est important de garder à l’esprit qui est votre public et ce qui l’intéresse.

Deuxième étape, le contexte scientifique

Une fois que vous avez établi votre sujet de recherche et souligné son importance, l’étape suivante consiste à restreindre votre article à votre créneau de recherche. Votre créneau définit le domaine spécialisé que vous recherchez ; c’est un domaine plus ciblé que le sujet de recherche général. Par exemple, dans le cas de la variole du dragon, votre créneau pourrait être l’un des sujets suivants :

  • son diagnostic,
  • son traitement,
  • son mécanisme de contagion,
  • la vulnérabilité accrue de certaines personnes à cette maladie,
  • le code génétique du virus,
  • les protéines qui composent la membrane du virus,
  • ses origines évolutives…

Au niveau 2, vous devez fournir des informations générales sur ce qui a été fait jusqu’à présent dans ce créneau. Par exemple, si votre recherche porte sur le traitement de la variole du dragon, vous pouvez expliquer quels médicaments existent déjà pour guérir la maladie.

« La variole du dragon est principalement traitée avec des agents anti-herpétiques. En effet, la maladie résulte d’une primo-infection due au virus varicelle-monstre (VMV), qui appartient à la famille des herpèsvirus humains. Des études récentes suggèrent que l’aclocyvir oral est la méthode la plus efficace contre le VMV. L’aclocyvir est un analogue nucléosidique qui imite la guasonine… »

Troisième étape, justifier vos travaux

Une fois que vous avez défini votre créneau, vous devez décrire le problème auquel votre recherche va répondre. Une bonne histoire a besoin d’un personnage convaincant face à un défi de taille. À quel défi votre article s’attaque-t-il ? Pourquoi ce défi est-il important pour vos lecteurs ? Ce sont les deux questions auxquelles vous devez répondre au niveau 3.

Revenons à notre exemple. Si vous avez testé un nouveau traitement contre la Dragon Pox, c’est probablement parce que le traitement habituel pose certains problèmes que votre nouveau traitement vise à contourner. Ainsi, vos prochains paragraphes pourraient être quelque chose comme :

« La recherche montre que le traitement par aclocyvir oral réduit de 23 % les risques de complications suite à une infection par le VMV. Malheureusement, l’aclocyvir a de nombreux effets secondaires, tels que nausées, perte d’appétit ou diarrhée. Ces effets secondaires amènent un tiers des patients à interrompre le traitement avant la fin et réduisent ainsi considérablement son efficacité.“

Au niveau 3, il est essentiel que vous définissiez votre question de recherche comme un problème. En effet, les humains ont une propension à prêter attention aux informations négatives. En psychologie, ce phénomène est appelé biais de négativité. En mettant en évidence les problèmes et les risques liés à l’état actuel des connaissances, vous créez une tension chez vos lecteurs. Cette tension les motive à continuer à lire votre article et leur donne envie de trouver une solution au problème.

Troisième étape bis, définir le vide scientifique à combler

Au niveau 3, vous avez créé une tension chez vos lecteurs en mettant en évidence un sérieux problème dans votre créneau ; au niveau 4, vous commencez à résoudre cette tension en expliquant comment vous allez résoudre ce problème.

En rédaction scientifique, il est important de convaincre votre lecteur que la solution que vous proposez pour résoudre ce problème a un fondement rationnel. Vous pouvez le faire de deux manières :

1) en expliquant la logique qui vous a amené à envisager la solution testée dans votre article,

2) et en fournissant des arguments et en citant des preuves déjà existantes pour étayer vos hypothèses et/ou votre théorie.

Par exemple:

« Des recherches récentes suggèrent que les effets secondaires de l’aclocyvir oral peuvent être contrecarrés par l’adénoside. L’adénoside semble diminuer les nausées et la perte d’appétit. Ces dernières années, les médecins ont commencé à utiliser une combinaison d’acyclovir oral et d’adénoside pour traiter les formes sévères d’herpès.

Les premiers essais cliniques indiquent moins d’effets secondaires et une meilleure acceptation du traitement par les patients. Ainsi, cette approche semble réussir dans le traitement de l’herpès. Cependant, il n’a jamais été testé chez des patients atteints de VMV. La présente étude vise à combler cette lacune.

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple, là encore, j’insiste sur le vide que la recherche entend combler. Et, je suis sûr que vous l’avez deviné, là encore, je crée une tension chez le lecteur.

Quatrième étape, votre méthodologie

Nous sommes maintenant à la fin de l’introduction. Vous avez déjà préparé le terrain pour votre étude; il est maintenant temps d’énoncer vos hypothèses (si vous en avez) et/ou d’introduire les méthodes que vous avez choisies pour les tester. Par exemple:

« Dans l’étude rapportée dans cet article, nous avons étudié l’efficacité d’un nouveau traitement pour guérir la Dragon Pox. Nous avons testé l’hypothèse selon laquelle l’administration d’adénoside réduit les effets secondaires de l’aclocyvir et augmente ainsi l’efficacité du traitement. Pour cela, nous avons comparé deux groupes de patients traités soit par l’aclocyvir seul, soit par l’aclocyvir associé à l’adénoside… »

La présentation de vos méthodes a deux objectifs. Tout d’abord, il facilite la transition vers la section matériaux et méthodes en donnant à vos lecteurs un aperçu de votre recherche. Cela devrait les aider à mieux comprendre l’étude que vous avez menée. Deuxièmement, il vous permet d’expliquer les raisons de l’approche méthodologique que vous avez décidé d’adopter.

Ceci est particulièrement important si vous comptez sur une nouvelle approche ou si vous écrivez pour un public qui n’est pas familier avec ce type de méthodologie. Vous pouvez utiliser les derniers paragraphes de l’introduction pour présenter la justification de vos méthodes et leur valeur pour résoudre le problème que votre article traite.

Cinquième étape, les plus-values / contributions

Certaines revues nécessitent une descriptions des « Highlights » qui résume les points les plus passionnants et les plus intéressants de votre manuscrit. C’est une excellente occasion de souligner l’impact et l’importance de votre travail. L’écriture des contributions peut se faire avec une énumération par points.

Même si vous écrivez les faits saillants pour des experts dans votre domaine, utilisez les mots les plus simples et les plus clairs possibles pour décrire vos conclusions. Il peut être tentant de choisir des termes plus intéressants, mais un langage complexe peut décourager les lecteurs de lire le reste de votre article. Si vous choisissez d’utiliser des abréviations peu courantes dans vos surlignages, assurez-vous de les définir lors de la première utilisation. Écrivez en pensant à votre lecteur et facilitez-lui l’apprentissage de ce que vous avez découvert.

Les points forts sont trois à cinq puces qui aident à augmenter la découvrabilité de votre article via les moteurs de recherche. Ces puces doivent saisir les nouveaux résultats de votre recherche ainsi que les nouvelles méthodes qui ont été utilisées au cours de l’étude (le cas échéant). Considérez-les comme le « pitch élévateur » de votre article. N’essayez pas de saisir toutes les idées, tous les concepts ou toutes les conclusions, car les points saillants sont censés être courts.

Il a été prouvé que les faits saillants élargissent la portée de votre travail et contribuent à faire en sorte que votre article soit porté à l’attention de collègues intéressés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de votre communauté de recherche habituelle. Avoir un paragraphe dédié à ces contributions aidera les lecteurs à comprendre en peu de temps l’intérêt de vos travaux de recherche.

Voici un exemple très court des contributions d’un papier de recherche :

« Les principaux apports de nos travaux peuvent être résumés comme suit :

  • Une synthèse des séjours des touristes basée sur des données partagées via les réseaux sociaux.
  • TPM, une nouvelle mesure pour qualifier la proximité entre deux séjours touristiques.
  • Une méthode pour déterminer les profils touristiques.
  • Une extraction de connaissance des profils. »

Dernière étape, l’outline c’est à dire le plan du papier

La dernière partie de l’introduction est souvent consacrée à un bref aperçu du reste de l’article.

Dans un article structuré selon le format scientifique standard « introduction, méthodes, résultats, discussion », ce n’est pas toujours nécessaire. Mais si votre article est structuré de manière moins prévisible, il est important d’en décrire la forme pour le lecteur.

S’il est inclus, l’aperçu doit être concis, direct et rédigé au présent.

Partager
fr_FRFR
%d blogueurs aiment cette page :